Être la porte de son bonheur

Peut-on être soi-même la clé de son bonheur ou de son épanouissement sans dépendre d’une tiers personne ?

Ruth Kazadi a décidé de faire de sa propre personne un bonheur, d’exploiter et de travailler ses talents pour son épanouissement et son indépendance.

Ruth Kazadi est une congolaise chretienne âgée de 23ans, étudiante en Sciences Commerciales et Financières dans son option : Marketing à l’Institut Supérieur de Commerce, elle a suivi une formation en Secrétariat de Direction Informatisé à l’Institut National des Préparations Professionnelles; Nous avons rencontrer cette femme ambitieuse, talentueuse et courageuse dans le but de connaître son travail, sa passion et sa vision

« L’esthétique, je l’ai reçu de Dieu comme talent ce qui explique ma passion pour les produits de beauté et mon attirance pour la coiffure.

En 2016 j’ai suivi une formation de trois mois en Esthétique pour acquérir plus d’expertise;

Cela m’a permis de découvrir un merveilleux monde dans lequel apporter une touche de beauté sur les jeunes femmes n’était que l’expression d’un coeur amoureux et qui en fait une priorité.

Cette formation d’esthétique m’a poussée à considérer des nombreuses aptitudes dont je disposais et à entreprendre, en mettant en marche une structure de beauté depuis 3ans:

Rkazbio#beauty qui offre un maquillage moderne, diverses coiffures pour femmes et en plus de cela elle vous habille pour vos cérémonies de mariage »

Comme une motivatrice Ruth a donc fini son interview en ce mot: » les talents ou les aptitudes que Dieu donne sont en nous pour être multiplier et mis au service des autres;

Découvrer vous et perfectionner vous; Sans la motivation, l’amour et le travail je ne serai pas où je suis aujourd’hui ;

Pour toi qui veut te lancer dans un domaine quelconque garde les yeux fixés sur tes objectifs, en sert toi comme moteur de propulsion et relève toi et fonce en apprenant des exploits de ceux qui ont fait mieux.

Mets Dieu dans tes projets et ils réussiront  »

Facebook: Rkaz_bio#beauty. Intagram: Ruthkazbio_beauty

Rédigé par Malaïka Luhahi

Deborah Mutund, femme entrepreneure aux multiples casquettes

Deborah Mutund est une jeune femme congolaise de 30 ans , consultante en relations publiques, co-founder de Josepha Cosmetics et model grande taille.

Elle a fait ses études en Afrique du Sud où elle a décroché un diplôme en relations publiques et gestion de la communication . Alors qu’elle était encore étudiante , elle est devenue mannequin grande taille pour l’agence D&A Model Management . Elle a posé pour des publicités de shampooing pour bébé et de lingerie , elle a fait 33 campagnes d’affilée pour Donna, une marque Sud africaine . En 2017, elle a été la première curvy model ( mannequin grande taille ) à défiler à la fashion week Mercedes-Benz de Johannesburg.

En 2014, elle co-fonde Josepha Cosmetics avec ses soeurs Josepha et Manuella , un institut de beauté spécialisé dans le maquillage, la coiffure, l’onglerie, et le massage. Son objectif ultime est de contribuer et inspirer à changer l’histoire de l’Afrique. Elle croit fermement que les entrepreneurs peuvent transformer notre économie.

《Le futur de notre continent est entre nos mains 》

En Novembre 2019 , Deborah Mutund a été l’égérie de la huitième édition de la Congo fashion week , un évènement qui a accueilli pour la première fois sur son podium les mannequins grande taille .

Une grande nouveauté en RDC car dans notre pays être mannequin est souvent synonyme d’être svelte .

Deborah est une militante de l’image de la femme , et elle le fait savoir par les messages sur l’amour de soi , la confiance en soi et une attitude positive qu’elle poste sur les réseaux sociaux .

Cette dernière a présenté sa propre collection lors de cette fashion week baptisée 《 Déchaînée》 , qui regroupe 17 tenues aux couleurs vives allant du 38 au 50.

Nous la découvrons depuis le 31 décembre 2019 dans la peau d’une chroniqueuse dans l’émission le choeur des femmes sur canal+elles, un talk show 100% féminin qui traite les sujets tels que : relation avec les hommes, éducation, travail, beauté, cuisine, mode, culture.

Nous encourageons donc toutes ces femmes curvy à ne pas se rabaisser, elles doivent s’aimer , s’accepter et devenir la meilleure version d’elles- mêmes si elles veulent réussir .

《On est ce qu’on pense et je pense grand 》dixit Deborah Mutund

Photos crédits : https://instagram.com/deborahmutund?igshid=1ghzh57nc5tn4

Voici une interview de Deborah Mutund https://youtu.be/vykJ5DNJ6Hw

https://www.nouvelobs.com/mode/20191109.OBS20908/deborah-mutund-mannequin-et-activiste-xxl.html#modal-msg

http://josephacosmetic.com/home/contact

http://www.deborahmutund.com

Rédigé par Ariane Olondo

Dynamisme et autonomisation: Renaprod en action !!

Grâce à sa main d’oeuvre, en promouvant le style des tresses africaines cette jeune dame est parvenue à financer ses études universitaires à l’Institut Supérieur de Commerce et à subvenir aux besoins de sa famille !il s’agit de madame Renate KIFUTI, âgée de 26ans,née d’une famille de 7 enfants et orpheline de père .<<j’ai commencé à m’exercer dès mon jeune âge (6ans) sur la tête de mon défunt père lorsqu’il revenait du travail le soir, en m’inspirant des dames qui venaient nous faire des tresses à la maison tous les week-end. Quand il s’en est lassé, j’ai continué mon apprentissage sur la tête de ma petite soeur et de ma tante en recopiant tout ce que je voyais et qui me plaisais. C’est comme ça d’ailleurs que j’ai pu m’améliorer. En 2008, j’ai ouvert un salon de coiffure devant la parcelle pour m’attirer plus de clientèle, mais après la mort de mon père, j’avais pris du recule et j’ai du fermer mon salon. Mais en me rendant compte que la vie devenait de plus en plus difficile, je me suis dit de me remettre au travail en créant la marque RENAPROD afin de rendre la femme congolaise plus belle,financer mes études universitaires et aider ma famille. Actuellement j’exerce à domicile,mais dans les jours à venir je compte ré ouvrir un salon de coiffure pour que ma clientèle soit mieux servie.>>L’entrepreneuriat et ouvert à pas mal de domaine !! Femme, n’attends pas de travailler conformément à ta filière, mais plutôt, apprends à créer et promouvoir des nouvelles idées rentables.Rédigé par: Claudia KOKO

Sharone Mutompe se lance dans le monde de l’entrepreneuriat:Motivation et détermination

Sharone est une jeune femme ambitieuse âgée de 24ans, étudiante à l’Université de Kinshasa dans la faculté des sciences économiques, passionnée par l’art du beau, cette passion du beau elle l’a encadrée vers l’organisation des événements(tout ce qui est « événementiel »)

Dans le soucis de promouvoir les femmes entrepreneurs et de connaître qu’elles étaient ses motivations pour se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat, nous sommes descendus chez elle et voici ce qu’elle nous dira en ses mots

« J’ai tout d’abord évolué seule pendant trois ans

En 2016 j’ai eu a coordonnée le mariage d’une grande soeur de l’église Résurrection, le travail était apprécié.

En 2017 j’ai organisé un mariage proprement dit c’était celui d’une amie , je lui avais demandé et elle m’avait fait confiance et à partir de là j’ai eu l’appellation de « maman orga » qui veut juste dire « maman organisatrice » et ma motivation était venue de là; 2018 j’ai eu un temps de mis au point pour qu’enfin naisse

En 2019 vienne la structure « PERFECT WEDDING » où je travaille avec une équipe, le tout premier mariage organisé était l’an passé avec Kelly et Gloria »

Ces quelques photos pourront illustrer le travail abattu

Tendant vers la fin de la conversation avec notre jeune entrepreneur elle conclus en ce mot

« tout celui qui est veut se lancer dans l’entrepreneuriat devrait travailler son intérieur à fin de se construire une motivation car tout part de là, sans motivation on y arrive pas et les moyens financiers vous devrez savoir que cela n’est pas primordial pour commencer, ils viennent avec le temps; tout au départ ce qu’il faut c’est la motivation, la détermination ,le courage et un esprit créatif … Le reste vient avec le temps »

Femme lève toi, portes des idées en toi, enfante comme le fait une femme grosse puis crois en elles car personne ne croira en tes idées mieux que toi…

Rédigé par Malaika Luhahi

Ambition et créativité :juju cosmétique bio hair+

L’entreprise Juju cosmétique bio hair+ est une PME congolaise spécialisée dans la fabrication des produits cosmétiques Bio destinés au soin et au traitement des cheveux de type afro.

Cette dernière est l’œuvre d’une jeune demoiselle congolaise âgée de 25 ans nommée Judith Buhendwa,elle a fait des études en management des affaires en Tunisie,en 2018 grâce à un autofinancement elle va créer la gamme de produits cosmétiques capillaire juju cosmétiques bio hair+

Jth
Logo de l’entreprise Juju cosmétique bio hair+

En effet, dès son plus jeune âge, Judith s’était déjà familiarisée avec le monde de la beauté capillaire, elle a toujours voulu en savoir plus sur la fabrication des produits pour cheveux afro, leur composition,leurs avantages et même leurs désavantages et surtout comment réparer les dégâts que peuvent causés l’utilisation de certains produits inadéquats, étant donné qu’elle même avait opté pour la nouvelle mode qui consiste à garder ses cheveux de femme africaine à leur état naturel sans défrisage appelé communément Nappy il fallait donc qu’elle trouve le moyen de bien les entretenir naturellement pour qu’ils soient toujours beaux.

Elle découvrira ainsi le monde des produits capillaires bio et va lancer sa propre marque qui propose une large gamme de produits chacun ayant une particularité.
– juju bio l’huile à base d’ognion

– juju bio l’huile à base d’ail

– juju bio l’huile à base d’aloès Véra

– juju bio l’huile à base de gingembre

Gamme
Présentation de la gamme Juju cosmétique bio hair+

Tous ces produits ont en somme pour de but de protéger les cheveux,favoriser la pousse en les nourrissant, augmentant leur volume et en luttant contre les pellicules.

pour créer ma gamme de produits j’ai réfléchi, j’ai mené des recherches, j’ai essayé et ça marché » dixit Judith

Cette PME a depuis 2018 rencontrée un bon début de développement en faisant une bonne renommée en RDC,en Tunisie et dans plusieurs autres pays Africains.

Une fois de plus nous vous avons présenté une jeune femme qui a décidé de sortir de sa zone de confort et de donner vie à ses ambitions en se lançant dans l’entrepreneuriat dans notre pays où se secteur est encore très difficile à apprivoiser, ce genre d’initiative sont celles que le gouvernement congolais devrait soutenir pour booster l’entrepreneuriat à fin de lutter contre le chômage comme l’a dit le président de la République Félix Antoine Tshisekedi .

https://www.radiookapi.net/2019/07/28/actualite/politique/rdc-felix-tshisekedi-annonce-la-creation-dun-fonds-pour-loctroi-des

Par Divina Izemengia

NICOLE SULU, Femme d’affaires à succès.

Son sens des affaires ne date pas d’hier. Nicole Sulu, 42 ans, s’est forgé très jeune une expérience en gérant les entreprises familiales dans le charbon ou les produits pharmaceutiques.

Avant de partir à Bruxelles pour des études d’orthophoniste. Une fois diplômée, en 2001, elle rentre en RD Congo pour reprendre les affaires de son père, atteint d’un cancer.

« Aux affaires familiales, j’étais pressée de venir l’épauler. » se souvient-elle

À son retour, elle prend les commandes du centre hospitalier et de radiothérapie Nganda, à Kinshasa. L’un des premiers en Afrique centrale à disposer d’un scanner médical. Et est confrontée de près à la souffrance de ses compatriotes.

« C’est difficile de gérer un hôpital quand la majorité de la population vit dans la misère et n’a pas les moyens financiers de se soigner. » avoue-t-elle.

Dix ans plus tard, elle quitte le milieu hospitalier pour l’hôtellerie. En 2012, son père la désigne pour prendre la gestion du Sultani Hotel, dans le quartier de La Gombe, à Kinshasa.

En 2014, elle crée Le Sultani Makutano un réseau d’affaires et un think tank de la République démocratique du Congo, qui s’est donné pour objectif de participer à la réappropriation de l’économie congolaise par les nationaux via un dialogue rénové basé sur la confiance et débarrassé des lourdeurs protocolaires entre chefs d’entreprise nationaux, locaux ou issus de la diaspora, d’une part, et entre les acteurs économiques nationaux, les décideurs publics, les bailleurs internationaux et les investisseurs étrangers, d’autre part. En Swahili Makutano veut dire rencontre.

Logo du Forum Makutano
affiche de la 1ère édition du forum

Elle y a organisé en janvier la première édition de Sultani Makutano, qui a rassemblé plus de 130 chefs d’entreprises congolais.

« JE VEUX PROUVER QUE L’ON PEUT RÉUSSIR PAR LE TRAVAIL »

Nicole se bat pour constituer un grand réseau d’entrepreneurs congolais à travers le pays.

« Cet événement vise à montrer aux jeunes des modèles économiques de réussite, loin de la sphère politique. Leur prouver que l’on peut réussir par le travail. »

Les 16 et 17 septembre 2016, pour sa deuxième édition, Sultani Makutano s’ouvrira aux chefs d’entreprise des autres pays d’Afrique. Ainsi qu’aux représentants des cinq meilleures start-up congolaises, qui disposeront chacune de cinq minutes pour vendre un de leur projet. Sous le regard d’un invité de marque : Luc Gerard, entrepreneur d’origine congolaise, aujourd’hui à la tête de Tribeca Asset Management, l’un des plus grands fonds d’investissement d’Amérique latine.

Affiche 2e édition Sultani Makutano

La 3e édition de Makutano a eu lieu du 14 au 16 septembre 2017 dans les installations de l’hôtel Sultani à Kinshasa sur le thème principal : « Oeuvrer à l’industrialisation de la RDC ».La contribution des participants venus des différents secteurs de la vie nationale ainsi que des pays frères et amis de la RDC à travers le monde, en commençant par les exposés jusqu’aux interventions, a permis de tracer une voie sûre à suivre pour l’industrialisation du pays.

Affiche 3e édition du forum Makutano

La 4e édition a eu lieu du 14 au 15 septembre 2018 sous le thème : Le Local Content – A la reconquête de l’économie Entre enjeux de développement des territoires, de réappropriation de l’économie par les nationaux ou de « préférence nationale », la mise en place de politiques de Local Content dans les provinces de la RDC, impulsée par les nouvelles dispositions légales, devient une réalité. Comment se préparer ? Comment orienter les stratégies des entreprises face à cette nouvelle donne ? Quels en seront les impacts sur l’avenir?

La 5ème édition du Forum Makutano s’est tenue les 6 et 7 septembre 2019 en présence du président de la République Démocratique du Congo Félix Tshisekedi. L’occasion de revenir plus concrètement sur le sujet du climat des affaires en RDC.

500 chefs d’entreprise, leaders d’opinion, institutions, acteurs privés et publics venus de 20 pays africains et internationaux se sont réunis pour échanger sur les leviers innovants nécessaires à la croissance ainsi qu’à la compétitivité de la RDC.

Affiche de la 5e édition du forum

Le président de la RDC Félix Tshisekedi accompagné de la première dame

Samuel Eto’o Footballeur international Camerounais

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sultani_Makutano

https://www.jeuneafrique.com/

A lire aussi :

dossier_de_presse_makutano_fr_vf.pdf

Annette Tuzolana

ANDRÉA MOLOTO :LE COMBAT D’UNE JEUNE FEMME POUR L’INTÉRÊT DE TOUTE UNE NATION.

La Republique démocratique du Congo est réputée pour faire partie des pays contenant les plus belles femmes d’Afrique,mais de nos jours cette beauté n’est plus seulement l’aspect extérieur de la femme mais aussi ce qu’elle peut apporter à sa nation pour son développement,Andréa Moloto fait partie de ces jeunes femme qui ont choisit de lutter contre la misère de leur pays et aider à son développement.
Cette dernière est une jeune femme congolaise d’une vingtaine d’années,qui a été connue du grand public grâce à son passage dans le concours Miss RDC 2016-2017 d’où elle sortira victorieuse,se servant ainsi de son statut d’ambassadrice de la beauté congolaise Andréa se lance dans une lutte acharnée pour redorer l’image de la jeunesse congolaise,redonner de l’espoir aux plus démunis et militer pour les intérêts de la femme congolaise.

A l’issue de la compétition Miss RDC Andréa a lancé sa propre fondation nommée kulisha dont le but est militer pour la protection de l’enfance,lutter contre la délinquance juvénile et lutter contre le cancer du sein.

Andréa Moloto
Logo de la Fondation kulisha photo crédit: fondationkulisha.net

L’idée de créer une structure pour faire le bon samaritain m’a toujours hantée. C’est la raison qui me poussa à participer à Miss RDC. Cette compétition était pour moi une véritable occasion de me lancer. Dans ma conception, Miss RDC devait être l’ambassadrice non pas seulement de la beauté mais une dame qui défend certaines valeurs.dixit Andréa

Fondation kulisha
Andréa lors du concours d’épellation organisé par la Fondation kulisha en août 2019 à Kinshasa photo crédit : fondationkulisha.net

Depuis 2017, Andréa par le billet de sa fondation a menée différentes campagnes dans le cadre de l’éducation et pour la lutte contre le cancer du sein qui ont toutes été des réussites,elle a réussi à attiré l’attention de différentes grandes entreprises du pays très engagées dans la vie sociale des Congolais telles que Africel et Rawbank.

Fdn klsh
Repas de cœur avec 300 orphelins organisé par la Fondation kulisha en juin 2019 à Kinshasa

Pour conclure, nous conseillons à la jeunesse de suivre le bon exemple d’Andréa Moloto et de se dire qu’elle est le Congo de demain, c’est-à-dire celle qui va développer ce pays.

Qu’elle se mette (filles et garçons )tous au travail chacune dans son domaine respectif et qu’ensemble elle fera revivre ce beau pays.
Par divina Izemengia

http://www.fondationkulisha.net/

Entrepreneuriat : la route vers le succès

Sarah KALAMBAY est une jeune femme entrepreneure, Directrice Générale de Luxos Rdc qui est une entreprise spécialisée dans le secteur de l’immobilier avec une portée internationale.

Diplômée en Droit économique à l’université de Kinshasa, Sarah KALAMBAY entame son parcours professionnel à la clientèle de la banque Trust Merchant Bank (TMB), quelque mois après, elle pose sa candidature au poste de juridique nationale à ladite banque et réussie brillamment son test, elle est de ce fait retenue comme quatrième juridique de la république. Quatre ans plus tard, elle intègre l’entreprise Congo International Investment Groupe (CIIG), qui est notamment une entreprise de construction en Rdc où elle travaille pendant trois ans.

Aujourd’hui Directrice Générale de LUXOS RDC, l’entreprise se définie dans la promotion immobilière à savoir achat, vente, location…et le BTP qui s’étend sur la rénovation, l’aménagement et la construction.

Ayant comme produit phare l’offre Cité des Merveilles qui est un projet immobilier développé dans la commune de Maluku, LUXOS RDC met à la disposition de tous des parcelles cadastrées, différentes en qualité et bien plus meilleures que celles rencontrées à Kinshasa, avec pour but la construction d’une cité moderne répondant à toutes les commodités des cités modernes internationales sur des modalités de paiement allant jusqu’à trois ans.

Luxos est également actif en Afrique du Sud dans la vente des villas et appartements.

De la clientèle au juridique,

Du juridique au poste de directrice Générale,

D’une formation estudiantine à celle de la vie

D’employée à employeur

Voici la conséquence d’une détermination acharnée et d’un travail sans relâche.

Votre rêve peut aussi devenir réalité…

http://www.luxos.co.za

Rédigé par Jessica KALAMBAY

Prisca Lokale remporte le prix JDH 2019

Prisca Lokale, journaliste à ACTUALITÉ.CD et blogueuse dans plusieurs plateformes dont Habari RDC et blogducitoyen.net, a été primée, le 10 décembre par Journaliste pour les droits (JDH).

Pour cette 7e édition du prix JDH, 17 candidats avaient concouru dont 4 blogueurs.

Spécialiste des questions de genre et animatrice du desk Femme sur ACTUALITÉ.CD, Prisca Lokale a été récompensé par un billet intitulé : « RDC : les arrangements à l’amiable, une autre forme de corruption à bannir »

Dans son papier, elle a parlé d’un cas où une petite de 12ans a été violée, mais les parents ont opté pour les arrangements à l’amiable.

Les arrangements à l’amiable ne devraient pas se faire en cas de viol sur mineure. La justice est nécessaire pour permettre à la victime de bander ses blessures », a-t-elle déclaré.

La cérémonie de la remise du prix s’est déroulée à la salle Virunga de l’hôtel Memling, en présence de David jolino Diwampovesa Makelele, ministre d’Etat, ministre de la communication des médias, Tito Ndombi président du conseil supérieur de la communication et des médias (CSAC) et Rigobert Munkeni Lapess, recteur de l’IFASIC.

JDH est une organisation spécialisée dans la formation des Journalistes à travers le monde. L’ONG couvre des questions relatives aux droits de la personne de façon éthique et objective. Depuis 17ans JHR qui est basé au canada a travaillé avec plus de 16.000 Journalistes dans plus de 29 pays.

https://habarirdc.net/auteur/prisca/

https://amourafrique-congo.com/author/prisca-lokale

http://lechangement.org/jdh-rdc/

Rédigé par Annette Tuzolana

Denise Nyakeru Tshisekedi désignée « Championne mondiale de la lutte contre les violences sexuelle liées aux conflits »

La première Dame de la République démocratique du Congo, Denise Nyakeru Tshisekedi a été honorée le mardi 03 Décembre par les Nations-Unies, elle a été récompensée pour son engagement en faveur des filles et des femmes violées dans les zones en conflits.

La représente spéciale du secrétaire général des Nations-Unies en charge de la lutte contre les violences sexuelles, Pramila Patten a remis le prix de  » championne de la prévention des violences sexuelles liées aux conflits  » à la présidente de la fondation  » Plus forte ».

La première dame de la République démocratique du Congo invite tout le monde à prendre conscience et agir pour mettre fin aux violences sexuelles.

La RDC ne doit plus être la capitale mondiale du viol. Aucun pays au monde ne mérite d’être associé à une telle qualification. Ce fléau doit s’arrêter. Il faut une ferme volonté d’agir. a-t-elle déclaré

Cette cérémonie de remise du prix à la première dame s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités dont le directeur du cabinet du chef de l’Etat, des députés et sénateurs ainsi que des membres du Gouvernement y compris La ministre du genre, famille et enfant.

Notons que La première Dame est présidente de la fondation congolaise « Fondation Denise Nyakeru Tshisekedi  » en sigle FDNT, crée le 19 Février.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fondation_Denise_Nyakeru_Tshisekedi

Rédigé par Annette Tuzolana

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer